Windows 8 : quelles réactions à venir ?

ContexteImage de Windows8

Lors de la conception d’une nouvelle version d’un système d’exploitation, il faut bien prendre en compte l’évolution technologique des ordinateurs, déjà réalisées ou à venir prochainement.

Parmi celles-ci, on peut citer :

  • les processeurs multiple cœurs (physiques+virtuels)
  • l’abandon progressif du format 32 bits pour le 64 bits
  • les mémoires toujours plus rapides et à accès multiples
  • l’accroissement de la taille mémoire (8 Go tendant à devenir un standard)
  • les disques SSD mais aussi les formats croissants des disques durs (2 To n’est plus aussi inhabituel)
  • la disparition à venir du BIOS au profit de l’UEFI plus rapide et pratique
  • les performances accrues des cartes vidéos, écrans, et autres périphériques

Il faut également prendre en compte l’évolution

de la demande :

  • une utilisation facilitée, plus simple, plus intuitive (comme pour les smartphones et tablettes)
  • une interface tactile ou même gestuelle
  • l’omniprésence d’internet et du web 2.0
  • le nombre sans cesse croissant d’utilisateurs en haut ou très haut débit
  • la prise en compte du « cloud computing » qui progresse sans cesse

Tout ceci amène les concepteurs à des choix stratégiques parfois difficiles :

  • doit-on conserver une compatibilité avec les équipements désormais considérés comme obsolètes ?
  • doit-on et peut-on changer radicalement les habitudes des utilisateurs ?

Discussion

Personnellement, il me semble que Microsoft a pris le parti (et quelque part, le pari) de faire de cette nouvelle version – Windows 8 – une évolution majeure de son système d’exploitation, comme le furent 95, XP ou encore Vista.

Changer radicalement l’interface utilisateur pour – il est vrai -, une approche résolument graphique, tactile et certes, beaucoup plus simple et intuitive est une véritable gageure, notamment pour les utilisateurs professionnels (dont beaucoup encore sont restés fidèles à XP). Certes, nous apprécions d’ores et déjà ce type d’interface sur smartphones et tablettes, mais parce que les applications utilisent le même type d’interface et qu’il s’agit d’application simples. Mais pour une application PC comme un programme de comptabilité – plutôt austère -, quel intérêt de disposer d’un tel bureau ?

La disparition du menu Démarrer est à elle seule une source d’inquiétude pour les futurs utilisateurs. Vista avait découragé beaucoup d’utilisateurs par des changements radicaux (assortis, il est vrai, de nombreux bugs ici ou là).

Une autre source d’inquiétude concerne la volonté inavouée de Microsoft de sembler vouloir limiter les utilisations d’autres systèmes d’exploitation. En effet, l’UEFI (successeur du BIOS) permet de disposer beaucoup plus facilement de plusieurs systèmes d’exploitation sur un même PC, en toute sécurité, car protégés chacun par une clé. C’est un débat actuel, qui apporte de nouvelles questions.

Sommes-nous prêts à « digérer » tous ces changements, et à abandonner clavier, souris et autres pour un écran tactile ?

Mais peut-être que Microsoft a d’autres objectifs. Notamment de prendre sa place dans le marché des tablettes, sans cesse croissant. Nous n’avons évidemment pas accès aux études prospectives et autres de ce genre d’entreprise…

Si effectivement, le PC d’aujourd’hui est destiné à se voir supplanté par les tablettes, Windows 8 a toutes les chances de réussir son pari. D’autant que Windows 7 donne satisfaction (après l’échec de Vista) pour le monde PC. Et que Windows 7 pourrait bien faire l’objet de nouvelles évolutions pour coller aux progrès technologiques…

L’avenir nous le dira !